DEBILITE ET RACISME.

25. oct., 2020

Dans une grosse semaine il va y avoir les élections du président de la plus grandes puissances économique et militaire au monde, dans la période la pire depuis la guerre, avec une incertitude incroyable entre un débile profond et, Sorry Mr Biden mais vous n’êtes pas, hélas un foudre de guerre.

Un pays qui a fait rêver des générations, les cow-boys, les Indiens, l’aventure, les grands horizons, la route 66, le Power Flower, la musique les arts, la peinture, l’écriture, Kerouac, Wolf, New York, San Francisco, le cinéma.

Mais une histoire bien différente dans la grande démocratie des immigrés et des massacres des Autochtones et surtout de l’histoire des esclavagistes.

Comment peut-on rester sur des poncifs sur des décennies sur les blancs et les noirs dans une société ayant créé une constitution prônant l’égalité, la frontière nord-sud n’est aucunement une excuse étend donner quelle s’arrête au Mexique.

Le citoyen des Etats Unis, il faut se forcer à écrire Etats Unis alors qu’il se partage entre deux partis, plus de 380 millions d’habitants et deux partis, nous sommes 11 millions et sept parti au gouvernement c’est cela la démocratie et non la particratie ou la dictature, le blanc ou le noir.

La diversité, ils ne connaissent pas, la mixité ils la contestent, le droit des minorités est balayé et n’est reconnu que tous les quatre ans pour les élections, les droits des femmes ne viennent que en second après le droit du port d’armes.

Les Afro-Américain représente plus de 13% de la population et 34% de la population carcérale, plus de cent septante morts tués par la police en un an, est-ce cela la démocratie, la liberté, ou certains voyants un rêve moi je ne distingue qu’un cauchemar.

La religion encore une espèce de dictature de l’esprit qu’ils se sont accaparé, la religion n'est une liberté de l’esprit et aucunement un dogme ni un pouvoir étatique, comment un chef de l'État d’un pays libre peut-il s’instaurer en protecteur d’une pensée et combattre au nom de la démocratie des personnes ne partageant pas sa pensée religieuse.

Nous avons tous de grands doutes concernant la connaissance de Donald au sujet d’une quelconques religions, à part celle de son fric, ou monseigneur, son bon plaisir.

Il restera dans l’histoire, l’homme qui a divisé l’Amérique pour une décennie si pas pour toujours, plus de deux cent mille morts, au jour d’aujourd’hui, sans réel espoir d’une fin, il sera le responsable par son égoïsme incroyable et sa grande stupidité.

C’est le pays où je me suis marié c’est pourquoi il a cette aura de sentimentalité cette sensation de responsabilité et ce partage d’espoir dans cette constitution gravé dans le marbre.

Extrait du discours de Gettysburg :

“c'est à nous de faire en sorte qu'ils ne soient pas morts en vain ; à nous de vouloir qu'avec l'aide de Dieu cette nation renaisse dans la liberté ; à nous de décider que le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple, ne disparaîtra jamais de la surface de la terre. “ LINCOLN