Demain, ou après.

16. mai, 2020

 

Démocratie je te cherche.

Demain, la condamnation de tous les chefs d’État ayant nié la pandémie par une cour internationale des crimes contre l’humanité, et surtout effacement de leur nom dans tout manuel d’histoire.

Demain, le pied, tout sera diffèrent, nous aurons tous droit a la parole, demain tout va changer, plus de partit et surtout plus de présidents de partit et plus de chefs de gouvernement uniquement une assemblée générale démocratique une assemble du tiers état, nous et cela partout dans le monde.

Demain un salaire universel de + 1500 euros indexés sur le prix de la vie, sur le prix des énergies, sur le prix des loyers pour tous dans le monde.

Demain une seule voiture par ménage a un prix unique pour tous, moteur électrique ou limitations des voitures à 120 km/h pour tous véhicules, serrage des moteurs à combustion taux de pollutions, zéro.

Demain, le salaire maximum sera pour tous de 5000 € net, suppression des droits des actionnaires à tout bénéfice, suppression des banques d’affaires, suppression de la bourse, de toutes les bourses.

Demain, taxes de 30 % sur toutes les firmes et entreprises faisant plus d’un million de bénéfices, celle-ci seront d’ailleurs tout au service de l’assemblé des citoyens et sous contrôle de celle- ci.

Demain, suppression du capitalisme et de la richesse individuelle, tout gain supérieur à 5000 € sera reversé dans un fond commun universel géré par les Nations unies, avec une cour des comptes mondiale.

Demain, plus de propriétés non partager, l’agriculture pour tous avec le revenu universel pour tout agriculteur permettant a celui-ci de vivre une vie de femme et d’homme libre, suppression de toutes les dettes de ceux qui nous nourrissent.

Demain, un fonds de soutiens unique et universel pour la santé entièrement gratuit, sans aucun a priori de genres, de couleurs, ou de sexes ou de pays.

Demain, la suppression de toutes les frontières et la condamnation immédiates de tout état contrevenant par sont isolement de toutes ressources, et par l’accueil immédiat de sa population.

Au jour d’aujourd’hui tout le monde croit au changement, toute l’humanité demande un changement des mentalités, car le monde change, se n’est plus le chacun-pour-soi la pandémie d’un obscur virus nous a mis dans le même sac, sans faire de différence entre le pauvre et le riche.

Demain, ce sera la montée des eaux, la sécheresse, les inondations, la pénurie de nourritures, la disparation des espèces, la surpopulation et les virus.

Alors que faire, continuer, ce qui semble la règle, le je m’en fou, moi et mon nombril, ou remettre tout en question, sans passer par la case particratie ou populisme et surtout pas verser dans l’autoritarisme.

Car tous (les parties de droite et de gauche) ils disent tous vouloir changer, mais quand ont voit qu’alors que la crise pandémique n’est pas terminée, il commence déjà leurs jeux ridicules de ce n’est pas moi, mais les autres, pitoyable pantin, pauvre clown d’un système pourri qui n’a plus sa place dans se monde, mais qui fin de l’ignorée.

Poussons-les de la falaise une fois pour toutes et votons liberticide pour notre et seulement notre liberté unique et indivisible.

La pire maladie dans la vie, c'est la VIE puisque tout le monde en meurt un jour