IVANHOE EST MORT

25. mai, 2017

Pour moi Ivanhoé est ma première expérience télévisuelle, j’avais la chance d’avoir des amis d’un niveau plus confortable ou je pouvais aller chaque mercredi après-midi admirer le valeureux chevalier à la coupe de cheveux irréprochable, une larme pour l’un des acteurs sympathiques, naturellement.

Une autre, mais bonne nouvelle, mon journal favori a rouvert la porte au roi des chats, le chat et son humour à la Magritte, humour bien belge, bien absurde comme on l’aime, un humour bien de chez nous.

Le temps, c’est ce qui passe quand rien ne se passe, peut-être mais se sont aussi les événements dans le monde qui sans arrêt sont en constant mouvement sans temps mort, sauf la mort.

Celle-ci a encore une fois frappé aveuglément des enfants cette fois, l’acte criminel a été revendiqueé par des lâches une fois de plus, nous devons, malgré toute promesse politique sécuritaire nous attendre encore à de nombreuses actions des criminelles de tous bord.

Les promesses illusoires d’éradiquer les criminels se revendiquant de fausses croyances sont en effet des promesses intenables, le temps peut passer mais l’incroyable imbécillité des actes demeures.

Le combat politique par la pensée et l’écrit, par des actes forts envers les enjeux économiques dans le monde et l’intégration de tous les terriens en se rendant compte que notre terre est unique mais pas immortelle et que si nous ne nous respectons pas, la terre ne nous le pardonnera pas.

Les intégristes et les nationalistes que l’on peut mettre dans le même sac sont, en fait, manipulés par des politiques n’ayant de politique ou encore de religieux que le nom, ils manipulent à tour de bras et profitent de la naïveté des masses, des exploités, de ceux qui ont baissé les bras.

Mais comme Ivanhoé, je crois encore dans mon for intérieur au code de l’honneur et à la chevalerie, au citoyen lambda qui tend la main à l’autre, le paysan qui plante le futur de nos enfants, l’ingénieur qui nos enverra dans l’espace, ces gens-là sont la réelle future de l’homme (de la femme).

Une proposition apodictique est nécessairement vraie, où que l'on soit.