TO BE OR NOT TO BE IN EU.

28. juin, 2016

Helen Joanne Cox, dite Jo Cox, née Leadbeater le 22 juin 1974 à Batley et morte le 16 juin 2016 à Leeds, pour y avoir cru.

N’ayant pas la possibilité de ne pas en parler, il serait bon de tous nous regarder le nombril et de cesser de reprocher à l’autre nos propres erreurs, car il s’agit bien de cela, l’erreur du « Remain » a été de sous-estimer les partisans du « Brexit », terme stupide étant donné que les Britanniques non jamais été vraiment dedans.

Quand une nation ne participe que dans un sens à un projet, ne voulant que profiter du marché économique, mais surtout pas au volet social et surtout pas, le terme honni par une grande partie de l’Europe d’ailleurs « LE FEDERALISME » les États unis d’Europe, un état réellement égal pour tous, rejetés par beaucoup.

L’utopie rêvée par une poignée d’homme, après deux guerres effroyables, qui nous ont permis de vivre sans guerre avec nos voisins pendant plus de soixante-dix ans, l’exemple de la guerre des Balkans a été la sonnette d’alarme lors de la dislocation de l’ex-Yougoslavie, qui n’était peut-être pas une démocratie mais une fédération d’états, cette guerre aurait dû nous réapprendre qu’il est tellement facile de créer le chaos si l’on n’est pas liés ensemble.

Alors quand on entend les populistes appelés, chacun de son côté, à quitter l’Europe sans aucun plan, sans programme, que le foutoir complet, l’imbécillité comme marque de fabrique, il faut réagir tous, surtout ne pas faire de clivages jeunes vieux, ce qui a permis au Parti xénophobe de gagner en utilisant une partie de sa population contre l’autre.

Donc, la « QUESTION » ne doit plus être posée, ou du moins différemment, les référendums sur de grands projets européens qui toucherait tous les pays pourrait être posé avec uniquement un pourcentage élevé contre ou non et pas du 51.1%.

Ce qui me hérisse au plus haut point, c’est la presse, celle de tous les jours, celle que l’on lit devant un café, croissant, le matin et qui joue à l’étonné devant la décision des Britanniques, qui sort des éditoriaux sur le manque d’informations de la part des institutions sur le travail effectué par ceux qu’ils nomment à chaque fois les technocrates, termes péjoratifs en soi.

Y a-t-il un seul de ces journaux consacrant une page sur l’Europe chaque jour donnant une information, formation pour le citoyen lambda, pour l’informer des avancées des actions positives pour sa vie de tous les jours ???? Nada, peanuts, sauf bien sûr le négatif, les premières cités dans la presse étaient les crétins des droites populistes.  

Vote "Remain" wiht your Brain, vote Brexit wiht your "Bite" (en français dans le texte) …. Je sais pas très fin, mais l’idée ne l’étais pas non plus. (D’un amis très chère)