VU PAR UN VIEUX.

4. juin, 2016

Le besoin d’aventure pour les jeunes du djihâd rejoint le besoin théologique (Régis Debray) et la recherche d’un pays sous forme de maison qu’ils ne trouvent pas en Europe.

Régis, je suis assez d’accord, par contre pas nécessairement sur le besoin de théologie, il y a un réel besoin de contour, de retrouver des racines pour les jeunes d’aujourd’hui car nous ne leur laissons pas un futur très réjouissant.

795 millions de personnes souffrent de faim chronique dans le monde, chronique donc pas uniquement un jour où un mois par an, tous les jours.

La pollution est niée par de nombreux groupes politiques ainsi que des états, voire les déclarations de Donald (Duck) qui, par contre, veut protéger ces golfs en Irlande contre le changement climatique, l’incompétence de nos gouvernants de plus en plus hors de la réalité de l’homme de la rue est le vrai ennemi des jeunes, de leurs futures.

Les grands rassemblements, pour le climat, cachent la forêt dense des intérêts économiques qui porte des œillères ne les portants que vers un seule future, l’engrangement de plus de profit, pour arriver à rien, le néant.

Comment reprocher à des jeunes de se tourner vers les extrêmes, n’avons-nous pas nous les enfants du fameux « Baby-boom » été des soixante-huitards ou même des soutiens au multiple groupe extrémiste, brigade rouge, cellule communiste, maoïste, communautaire ou même extrême droite ?

Certains ont posé des bombes, ont inventé la guérilla urbaine en Europe et après tous les Tupamaros (fondés en 1979) réapparaissent au Venezuela, la recherche d’identité et d’un future ou d’un No-future est toujours en marche.

Pour les jeunes, les commémorations des guerres ne sont pas en soi très parlantes, tous les jours une guerre dans le monde fait des victimes en direct à la TV et personne ne commémore en Europe le génocide du Rwanda ou du Cambodge et bien d’autres, personne n’en parle dans nos écoles, ou si peu.

Il y a bien sûr les optimistes, ceux qui apportent du baume à l’espoir, ceux qui créent et trouve des solutions, ont plein de plans pour lutter vers la solution, qui vont nous sortir du marasme, qui nous fonts rire ou sourire tous les jours qui son porteur de l’espoir, je vote pour eux quel qu’ils soient.

J’écoute en ce moment « Stand-by Me » de BEN E. KING écrite, en 1961, et cela, reste vrai….et très parlant, mais vieux, vieux con, peut-être, mais pouvoir empêcher les mêmes conneries en empêchant le renouvellement des mêmes erreurs, même pour un seul lecteur, pour moi cela justifie déjà mon Blog. Merci