19. mars, 2016

LA GREVE UN DROIT.

Le droit de grève en Belgique est le droit qu'ont les travailleurs de refuser de fournir le travail subordonné qu'ils doivent à leur employeur afin de causer un désagrément et donc d'exercer une pression soit sur ce dernier soit sur les pouvoirs publics.

Ça c’était facile à copier, par contre rien en Belgique ne défend le droit de grève, légalement un juge peut intervenir, cela a une odeur de Thatchérisme à relent N -VA, les syndicats sont le seul recours du travailleur face à l’employeur.

La grève est une des actions des syndicats qui ont le plus d’impact médiatique, les distributions de tracts sont bien sûr moins visibles, mais elle contribue à l’information directe du syndicat aux citoyens et fait partie de la panoplie des actions.

Il est navrant de voir que la presse et les médias, sont devenue un report négatif de l’organisation syndicale par de nombreux articles souvent négatifs sur l’action syndicale, alors que celle-ci a pour unique objectif la défense du travailleur, du chômeur et du pensionné.

Cela pour en venir au fait que la commission, syndicat, patronat, après des mois de discussions au groupe des dix, patrons et syndicats ont acté, mercredi, l’échec définitif de leurs négociations sur l’exercice du droit de grève. Faute d’accord entre eux, le politique va prendre la main, comme l’avait annoncée le gouvernement de droite.

Cela serait la grande victoire du patronat en majorité flamand, du gouvernement de majorité flamande, la victoire de la N-VA sur le travailleur et la victoire du capital, une marche, de plus vers une société de plus en plus dissociée entre des riches plus riches et des pauvres, plus pauvres.

Le 25 mars, nous célébrerons la mémoire des 19 grévistes assassinés à Roux, en 1886, il y en eut beaucoup plus bien sûr, des gens sont morts pour le droit de grève, des gens sont morts pour le droit du citoyen à être respecté par son employeur et non pas exploité.