Coup de gueule.

3. févr., 2016

Si l’Angleterre était hors de l’Europe, ainsi que tous les pays qui n’en veulent plus (de l’Europe), sauf pour en retirer du profit bien sûr, ce serait au point de vue fonctionnement un plus pour le fédéralisme, pour que d’autres puissent avancer.

L’acceptation de l’ultimatum Britannique concernant son oui à l’Europe mais seulement à leur condition et en imposant des possibilités comme le droit de veto des parlements nationaux, c’est la fin du Parlement européen, l’institution la plus politique de l’idée européenne.

Le retour à la politique thatchériste de Cameron est une fois de plus en contradiction avec l’idée de plus d’Europe, pour plus de stabilité et ne va certainement pas dans le sens du citoyen, mais de la City, le pouvoir de l’argent une fois de plus.

Cameron ferait mieux de renationaliser les moyens de transports qui sont pire quand Belgique, ce qui est difficile, par contre le chômage est en diminution, les salaires aussi d’ailleurs ce qui en est une explication et le refus des immigrés, une autre explication de la baisse du chômage pour les nationalistes.

Défendre les intérêts de son pays est une idée noble mais une fois que cela se passe au détriment d’autres démocratie cela s’appelle de l’égoïsme populiste, mais une fois de plus lorsqu’une idée est mal exprimée où communiquer, elle est mal comprise, la communication à travers des journaux de lobbyistes anti-européen en est pour beaucoup.

L’Europe ne se vend pas suffisamment, bien trop frileuse dans sa défense passive, depuis vingt ans, les année Delors, elle garde à peine la tête hors de l’eau, elle a été détricotée à force de traiter mal vendu aux publics électeurs et bien trop écrit pour satisfaire le capital (le fric), le but du traité de Rome qui sont la paix et l’égalité de tous, est bien loin.

Dommage, car une Europe à différentes vitesses est dangereuse, car elle est une victoire pour les extrêmes qui l’utiliseront comme exemples dans leurs négations l’Europe et le retour aux nationalistes de tous bords.

Merci au journal Humo pour avoir désigné Bart (pas SIMPSON) crétin de l’année 2015.